top of page
  • Photo du rédacteurIsabelle Roux

Le grand monde - de Pierre Lemaître



La famille Pelletier vit à Beyrouth, à la tête d’une grande entreprise de savonnerie qui rapporte de nets profits sonnants et trébuchants. Les parents s’aiment depuis vingt-cinq ans, c’est un amour confiant et touchant, il y a du soleil, malheureusement les quatre enfants décident tous de partir, trois d’entre eux pour Paris, où ils ont des secrets plus ou moins avouables, et le quatrième pour l’Indochine où son amant vient justement de se faire tuer à la guerre par les communistes…


Les enfants sont, de mon point de vue, exécrables avec leurs parents qui les soutiennent constamment sans rien exiger. A partir de là, on suit chacun des enfants Pelletier (et les parents) aux prises avec leurs difficultés, leur désir de réussite maintes fois brisé, leurs ratés.


C’est un excellent livre que nous offre là Pierre Lemaître. Il est facile à lire, magnifiquement écrit, assez varié dans ses paysages. C’est un roman prenant qu’on ne peut lâcher avant la fin. Par rapport à d’autres romans de Lemaître, il est bien plus gai et lumineux (enfin je trouve), tout en étant toujours aussi maîtrisé.


Un peu de torture dans le cadre de la guerre d’Indochine, un peu de drogue, mais pas de mâchoire arrachée cette fois. C’est un roman très différent des autres tout en reprenant certaines thématiques chères à Lemaître : la guerre, les magouilles des « profiteurs de guerre », un fils homosexuel…C’est l’occasion de mieux découvrir la guerre d’Indochine. La psychologie des personnages est finement décrite, on comprend tout à fait qui ils sont et ce qu’ils ressentent.


Une « reconnaissance de dette » est écrite à la fin du roman où Pierre Lemaître rend hommage à ses sources et ses soutiens, et nous offre un aperçu de son travail d’auteur à travers une bibliographie commentée : j’ai trouvé cela passionnant.


Pour ma part j’ai toujours du mal à refermer un livre intéressant, là on a le plaisir de s’attarder encore un peu dans le roman, et de mieux comprendre par exemple que certains passages sont inspirés de l’histoire. Cela offre aussi un aperçu sur le formidable travail de fond de l’auteur, on n’ose imaginer le temps qu’il a passé pour que tout soit ainsi parfait.


On verrait volontiers ce roman bien rythmé en film, ce sera peut-être le cas un jour.


Un regret ou deux cependant : le personnage falot du tueur en série ne tient pas trop (il fait trop gentil nounours pour casser les têtes des jeunes filles contre les cuvettes des toilettes je trouve), mais cependant c’est vrai que c’en est d’autant plus divertissant.


Il y a des lieux très variés et, dès qu’on commence à s’attacher à l’un d’eux, on est transporté dans une autre partie du globe, sans cesse entre Beyrouth, Paris et l’Indochine ! Les personnages sont attachants, très réalistes, on est en totale empathie avec la plupart d’entre eux, le roman se boit comme du petit-lait et il ne cesse de nous surprendre. Cependant, la fin est peut-être un peu décevante, on aurait aimé que le roman se continue encore un ou deux chapitres pour mieux voir ce que les personnages deviennent.


Isabelle Roux


Le grand monde – Pierre Lemaître – Ed. Calman Lévy – 01/2022 – 592 pages


173 vues3 commentaires

3 Comments


Béatrice Bernier-Barbé
Béatrice Bernier-Barbé
Feb 23, 2022

Merci pour cette chronique très intéressante. Je viens de le finir et je suis d'accord avec beaucoup de points. C'est un excellent roman à lire. On voit que l'auteur a effectué un énorme travail de recherches historiques pour l'écrire. Dans une interview, il dit y avoir consacré 18 mois. J'ai aussi beaucoup apprécié la bibliographie à la fin. Et j'ai trouvé également que le livre se terminait trop vite, malgré ses presque 600 pages. Je me suis attachée principalement au personnage d'Etienne, mais pas du tout à celui d'Hélène. J'ai aimé également les parents Pelletier et la relation soudée qu'ils entretiennent depuis de nombreuses années. Belle journée et au plaisir de vous lire !

Like

Beatrice Guiseppone
Beatrice Guiseppone
Feb 08, 2022

Bonsoir

Votre chronique donne envie de se plonger immédiatement dans ce roman !

Il semblerait que ce soit une trilogi,e, c’est peut-être pour cela que la fin vous a un peu déçue…

Like

Unknown member
Feb 08, 2022

Il aura peut-être une suite

Like
bottom of page