Sélection Rentrée Littéraire APDL : Revenir à toi - de Léonor de Recondo


Violoniste baroque de formation, lauréate du concours international de musique baroque Van Wassenaer (Pays-Bas) en 2004, Leonor de Recondo signe avec « Revenir à toi » publié chez Grasset son 8ème roman, un récit sur l’intime, à l’instar d’autres ouvrages de cette rentrée littéraire.


En effet l’auteure nous propose à la lecture, le cheminement d’une femme, redevenant fille, qui part à la rencontre d’une mère disparue, un cheminement qui va la conduire à la renaissance, s’appuyant sur le théâtre antique.


Paris, Madgalena, comédienne talentueuse et connue, qui se prépare à jouer au festival d’Avignon ( le « in » ), le rôle fétiche de sa carrière : Antigone. Elle sort de chez sa dermatologue et reçoit un appel téléphonique de son agent : « Madga, on a retrouvé ta mère ».


Sans chercher à comprendre la situation un seul instant, après un court échange avec son agent, Magdalena décide de partir à la rencontre de cette femme disparue, qu’elle n’a pas vue depuis au moins trente ans, alors qu’elle était adolescente. Elle prend le train pour le Lot et Garonne, à Calonges, là où vit sa mère dans une petite maison éclusière.


Tout au long du roman, l’auteure joue de la double temporalité, présent et passé, pour reconstruire la vie de Magdalena.


Et l’on découvre une adolescente qui chaque jour vient près de sa mère alitée, silencieuse, absente, pour lui parler avec l’espoir que le soleil reviendra un jour dans ses yeux, à qui l’on dit un jour alors qu’elle rentre du collège « ta mère est partie se reposer chez des professionnels », pas un mot de plus. Une adolescente . Une adolescente que son père décide de quitter pour aller vivre avec une autre femme. Une adolescente qui se mure dans le silence d’une vie contrainte avec ses grands-parents. Une adolescente qui découvre le théâtre en jouant Antigone, et se réfugie dans cet art pour se reconstruire une fois devenue adulte. Un art qui la conduira au sommet, à la renommée, un César, et une vie sans problèmes, au moins au niveau matériel.


A Calonges, on découvre une toute autre femme, anxieuse, désemparée face à ce changement brutal. Une femme qui campe devant une maison vide aux volets clos, attendant la rencontre. Et puis, l’absente arrive. Apollonia, 81 ans, est enfin là. Elle se mure dans le silence, ne dit rien, laisse sa fille dans un long, très long monologue, qui s’avérera tout de même salvateur. Lui reviennent en mémoire la beauté, la mélancolie et le parfum de la poudre de sa mère quand elles deux étaient jeunes. Et l'absence, longue, très longue tout au long de la construction d’une vie de femme. La douleur de l'absence qu'elle tentera de conjurer avec le théâtre et cette Antigone dans la version d’Anouilh, qui lui permettra de se rapprocher de l'absente.


Léonor de Recondo décrit avec justesse l’ambivalence du personnage de Magdalena lors de cette rencontre qui va bouleverser toute sa construction intime, au début bancal mais de plus en plus opérante, même si la solitude et la distance en ont été les prix à payer.


Le secret d'Apollonia, sa mère, s'énoncera par les mots qu'elle ne put prononcer, à l'époque et que Magda dit pour elle.


Mais, l'attrait de ce roman n'est pas dans l'énonciation de ce secret. Le récit des années difficiles et du chemin que Magdalena a dû construire pour se relever de ce départ brutal, sans explication de l'intéressée et même de son entourage, est parfaitement bien décrit et prend corps pour donner réalité à une telle conquête.


Avec subtilité, l’auteure utilise le répertoire théâtral pour créer des liens opérants avec la vie de Magdalena et celle de ses sœurs de scène. Elle démontre l'appui qu'apporte les mythes sur la construction de la personnalité lorsqu'il y a défaillance. En retrouvant sa mère, même si cela reste difficile, Magdalena peut formuler son propre monologue, à l’instar d’Antigone, car sa parole est de nouveau possible.


La plume de l'auteure que je découvre est très belle. Les mots sonnent juste et elle sait sonder les sentiments avec beaucoup d'acuité. Portée par une écriture fluide et élégante, l'histoire défile. Les chapitres courts rythment le récit. J'ai beaucoup aimé la façon d'écrire de l'auteure.


« Revenir à toi » est un roman intime à l'écriture sensible qui sait parler des moments de dérive, la dépression et le traumatisme d'un enfant, avec pudeur et respect. Elle met en scène la renaissance puis l'apaisement de retrouver, enfin, la présence de l'absente, même si celle-ci est éloigné de la mère attendue.


Léonor de Recondo convoque l'émotion dans ce roman particulièrement réussi qui embarque vers des personnages forts et réalistes qu'il importe de découvrir pour vivre un vrai excellent moment de lecture !


Bonne Lecture


Pascal Francois


Revenir à toi - Leonor de Recondo – Grasset – 08/2021 – 330 pages

e

133 vues0 commentaire