Rien ne t'appartient - de Natacha Appanah - Prix de Libraires de Nancy 2021

- SELECTION RENTREE LITTERAIRE APDL -

Mon premier contact avec Natacha Appanah, romancière mauricienne vivant en France, a été la lecture de « Tropique de la violence », l’une des œuvres majeures de l’auteure, paru en 2016 – Prix Fémina des lycéens – qui se passe à Mayotte, au cœur de l’océan indien, et raconte les problèmes d’un petit coin de paradis qui s’embrase facilement, car oublié de tous.


« Rien ne t’appartient », huitième roman de l’auteure, qui vient de paraître et fait partie de la sélection littéraire de rentrée du blog, nous transporte également en partie dans l’océan indien, là où sont les racines de l’auteure. Il plonge le lecteur dans les racines intérieures profondes d’une âme à la recherche de son passé.


Depuis que son mari Emmanuel est mort, Tara se laisse engloutir par la tristesse et la solitude au milieu d'un appartement qu'elle n'a plus le courage de tenir en ordre. Et puis il y a cet étrange garçon qui s'invite chez elle, réminiscence d'un passé qu'elle croyait à jamais enfoui dans les tréfonds de sa mémoire. ?

Elle pensait pourtant l'avoir oubliée cette fille qui se nommait alors Vijaya et apprenait à danser le bharatanatyam. C'était un autre temps, celui de l'enfance et de l'insouciance. Et puis il y a tous ces drames qui la rendent muette et sauvage, elle est celle que les enfants appellent "chien méchant".


« Elle pointe un doigt vers moi : Rien ne t’appartient ici » C'est ainsi qu'Amma accueille la fille gâchée au refuge des filles abandonnées. On lui arrache tout, même son prénom Vijaya. Elle s'appellera Avril comme son mois de naissance. D'ailleurs y a ici Avril 2, Novembre 4....... Avortée, lavée, récurée, tondue, rebaptisée, elle connaît la violence dans un lieu où la vie y est rude et sans tendresse. Sauf peut-être l'amour confiant que lui porte cette nouvelle pensionnaire si frêle.


Il faudra un tsunami pour que la vie de l'héroïne bascule et qu'elle devienne Tara après sa rencontre avec Emmanuel, le médecin qui la soigne, la sauve.

Entre la femme endeuillée du début du livre et la fille de ce pays, il y a 20 ans et toute une vie, un continent et des souvenirs. Des souvenirs, trop de souvenirs que Tara ne veut pas voir remonter à la surface. Trop de pensées qui l'accaparent. Un passé qu'elle ne veut pas voir refluer. Mais comment lutter ?


Rien ne t'appartient est un magnifique roman sur le deuil, l'oubli, l'enfance. C’est aussi une ode à la capacité de résilience de l’être humain. C’est un récit bouleversant du destin d’une enfant devenue femme, à la vie fracturée, qui trouve le courage de se reconstruire.


Les mots choisis par Natacha Appanah nous entraînent au plus près de Tara-Vijaya, juste à côté d'elle, dans le flot de ses impressions, des épreuves qu'elle traverse, des émotions qui l'engloutissent.


L’auteure utilise l'ellipse narrative pour écrire son histoire. Tout y est suggéré, contourné, imagé, et pourtant si violent en même temps. Les choses se devinent plus qu'elles ne sont jetées à la figure du lecteur. La sobriété n'empêche en rien l'engagement, la puissance narrative.


Natacha Appanah puise une fois encore dans ses racines mauriciennes la force de ses romans. Ensuite le regard de la journaliste curieuse et empathique enrichit la fiction. Sa terre natale, ses racines familiales hantent ses personnages souvent rattrapés par les proches laissés derrière eux qui viennent les tourmenter.


C'est le cas de Tara, enfant, femme, salie et dorlotée par la vie dans un roman envoutant et perturbant !

Un vrai coup de cœur !


Bonne Lecture


Pascal Francois


Rien ne t’appartient – Natacha Appanah – Gallimard – 08/2021 – 160 pages




165 vues0 commentaire