Un été à Nantucket - d'Elin Hilderbrand


Si vous aimez l’ambiance WASP du Massachusetts, terre du Clan Kennedy, si vous avez la chance de connaitre et d'apprécier Cap Cod, sa pinède, ses longues plages de sable blanc, ses iles Nantucket et Martha’s Vineyard, alors vous serez conquis par le dernier roman d’Elin Hilderbrand, Un été à Nantucket.


Juin 1969, l’année est importante. Les États-Unis s’apprêtent à lancer Apollo 11 et à faire marcher des astronautes sur la lune. La guerre du Vietnam devient de plus en plus impopulaire, la jeunesse étudiante américaine se révolte. Le pays est en pleine guerre froide. Le grand concert de Woodstock va se tenir au mois d’Août. C’est le temps de Joan Baez, Jimmy Hendrix, Crosby Stills Nash and Young, de Joe Cocker…


Mais tout cela n’a que peu d’emprise sur Exalta Nichols, la matriarche familiale qui comme chaque été depuis des décennies part s’installer dans la maison familiale « All’s Fair » sur l’ile de Nantucket, station balnéaire chic du Massachusetts, grande rivale de Martha's Vineyard. On n’y rencontre que le gratin de la société américaine. Des vacances entre soi.


Le roman décrit la bonne société bostonienne en villégiature à la fin des années 60 et la découverte de ces deux îles. Qui ne se souvient pas des documentaires ou photos dans les magazines de la famille Kennedy passant ses vacances sur l'île de Martha's Vineyard ou à Hyannis Port ?


Quant aux heurts et malheurs des femmes de la famille Nichols-Foley-Levin-Whalen (ouf on est y arrivé…), ceux-ci sont décrits avec une certaine finesse, à une époque où les femmes quittent à peine la mentalité sacrificielle des années 50.


Exalta Nichols règne en impératrice sur sa maison. Cette matriarche à poigne, sans doute plus tendre que ne le laisse paraître sa dureté, y accueille comme chaque été sa fille et ses petits-enfants.


La grande force de ce roman est de s'appuyer sur des personnages forts, révélateurs de leur génération, dont on découvre en alternance les points de vue, les aspirations, les déceptions, les secrets, surtout les secrets :

  • Kate, la mère (et fille d’Exalta), remariée suite au suicide de son premier mari, qui sombre dans un brouillard alcoolique depuis que son fils Tiger a été envoyé au Vietnam, créant ainsi de la distance avec son mari.

  • Blair, la fille aînée de Kate, étudiante brillante, enceinte, qui a renoncé à une belle carrière et à Harvard à la demande de son mari astrophysicien, engagé dans le projet Apollo 11, et croit que ce dernier la trompe.

  • Kirby, la fille libre et rebelle, passionnée par les discours de Martin Luther King, se rendant aux manifestations pour la paix, ce qui lui vaudra d'être arrêtée par un policier véreux et pervers. Cette année elle a décidé de fausser compagnie à la famille et de travailler dans l'île voisine et rivale de Martha's Vineyard où elle va rencontrer Darren, un jeune étudiant noir brillant dont elle tombe amoureuse. Elle touchera de près les problèmes de communauté.

  • Tiger, le fils absent, pour cause de guerre au Vietnam, pour laquelle il a été appelé. Fier de servir sa patrie, II s’est fiancé juste avant de partir.

  • Jessie, la benjamine, adolescente de treize ans qui découvre les premiers émois amoureux.

Chacun des personnages lève le voile sur un angle d’une société en pleine transformation. Les portraits choisis permettent de traiter plusieurs sujets liés à cette période : la guerre du Vietnam (pour ou contre, les conséquences...), les droits civiques pour les gens de couleur, les femmes et leur indépendance, l'évolution des mœurs.


Un été de changements, d'expériences, de premières fois, de chagrin, de joie, de construction... à travers des portraits de femmes d'une même famille mais de générations et de personnalités différentes.


Un été à Nantucket est une belle fresque familiale, tournée autour de trois générations de femmes en 1969, période où l’Amérique se transforme, se pose des questions, entre nostalgie d’un passé qui s’épuise pour les uns, et impatience d’un avenir qui tarde pour les autres.


Un livre douillet, savoureux, qui sent bon l’Amérique profonde, à lire au coin d’un feu de cheminée. Un bon dépaysement au pays de l’oncle Sam !


Bonne lecture


Pascal François


Un été à Nantucket – Eline Hilderbrand – Les Escales – 06/2021 - 489 pages







66 vues0 commentaire