top of page
  • Photo du rédacteurHélène Shayma Andréoli

Elle a menti pour les ailes - de Francesca Serra


Garance S. a 15 ans. Dans sa petite ville balnéaire du Sud de la France où il n'y a pas grand-chose à faire, elle partage son temps entre l'école de danse de sa mère et le lycée où elle vient d'entrer. Elle s'ennuie un peu, ni plus ni moins que les autres de son âge. Elle a un compte Instagram bien rempli, une meilleure amie avec qui partager des vêtements et envier les filles plus âgées, un coup de cœur pour un garçon inaccessible, une mère ancienne danseuse d'opéra à qui il est difficile de se confier.


La seule chose qui la distingue des autres, c'est cette beauté sur laquelle on se retourne, dans une ville où toutes les filles font l'effort d'être belles et désirables comme si leur destin en dépendait. D'ailleurs, quand une agence de mannequin organise un concours dans la ville, personne n'a de doute sur sa qualification. Alors pourquoi décide t-elle un jour de disparaître, que lui est-il arrivé ? Est-ce sa beauté qui la perdra ? A moins qu'il ne s'agisse de tout autre chose...


Pour comprendre ce qui anime Garance et les ados qui l'entourent, il était nécessaire de se plonger dans leur intimité IRL* aussi bien que dans la nébuleuse de leur existence numérique, qui n'a de virtuelle que le nom. Et c'est le parti pris de ce roman : intégrer les multiples identités et échanges numériques qui constituent un pan entier de la vie des nouvelles générations. Les commentaires Instagram ou Youtube, les conversations Whatsapp ou Snapchat ainsi que les discussions par SMS, fautes d'orthographe et abréviations comprises, côtoient narration et dialogues plus classiques. Le tout forme un ensemble un peu déroutant de prime abord mais néanmoins nécessaire à l'avancée et la compréhension de l'intrigue ainsi qu'à la construction des personnages et de leur psychologie.


Les nombreuses citations musicales qui émaillent l’œuvre participent à son caractère hybride : de Nekfeu à Kurt Cobain, en passant par Amy Winehouse et Daft Punk, le lecteur se laisse porter, saisit quelques références au passage, satisfait d'en (re)connaître au moins une partie. Il en va de même pour les « langage des jeunes » d'aujourd'hui ou plutôt de 2015 à 2016, la période couverte par le roman : on est content de ne pas être totalement perdu, d'être encore un tant soit peu « dans le coup ». C'est toujours un défi de traduire l'oralité par l'écrit, de vouloir transcrire un parler jeune sans tomber à côté ni verser dans la caricature.


On croit relever quelques fausses notes par-ci par-là, mais en sont-elles réellement ? Qui peut aujourd'hui se vanter de maîtriser à la perfection les nombreuses expressions utilisées par la jeune génération, qui font la richesse de la langue tout autant que le désespoir de quelques académiciens nés bien avant le début de ce siècle ?


On peut donc convenir que le défi est ici globalement relevé, les différents niveaux de langage collant d'assez près à la réalité linguistique de notre époque. Et pour ceux qui douteraient du talent d'écrivain de l'autrice trentenaire, Francesca Serra intercale au fil de la narration des réflexions sur les nouvelles technologies, l'adolescence, la nature et la vie, dans une langue tout ce qu'il y a de plus classique et maîtrisée à la perfection.


Les 700 pages du roman se lisent donc facilement, malgré quelques longueurs vite pardonnées. L'intrigue est bien construite, variant les points de vue et distillant les révélations afin de ne pas lasser le lecteur et maintenir le suspens jusqu'au bout.


Francesca Serra nous livre ici un premier roman porté par un souffle puissant., ancré dans la réalité souvent dure et désenchantée des adolescents d'aujourd'hui, avec parfois des allures de fable universelle. Je le recommande pour une immersion littéraire dans l'espace numérique ainsi qu'une réflexion sur notre identité redéfinie par les limites sans cesse repoussées des univers virtuels.


*IRL : In Real Life : la vie réelle, en opposition aux interactions en ligne.

Hélène Shayma Andreoli


Elle a menti pour les ailes - Francesca Serra - Ed. Anne Carrière - 08/2020 - 480 pages




136 vues0 commentaire

Comments


bottom of page