top of page
  • Photo du rédacteurPascal Francois

L'invention de nos vies - de Karine Tuil


Avec L'invention de nos vies (publié en 2013 chez Grasset), Karine Thuil livre un neuvième roman, dense, d'une dureté, d'une pureté et d'une saveur incomparables. Elle parle de la quête identitaire qu'elle semble elle-même mener en invitant trois personnages centraux dans son histoire : Samir Tahar, arabe, musulman, avocat, Nina, mannequin pour les magazines de vente par correspondance et Samuel Baron, juif, écrivain raté.

A travers les destins croisés et amoureux de ces trois personnes, l’auteure nous entraine dans un tourbillon de haine, de mal-être, de faux-semblants, de mensonges, d'ambitions, bref dans un petit bréviaire des plus sombres turpitudes de la nature humaine.


Samuel, fils d'intellectuels juifs ultra-orthodoxes, rêve de devenir écrivain ; Samir, tunisien d'origine, élevé dans les cités, rêve de la réussite à tout prix en tant qu’avocat ; et Nina est une beauté époustouflante mais sans réelles ambitions. Voilà trois amis qui se sont rencontrés sur les bancs de la fac, à un moment de leur jeunesse où tous les possibles étaient devant eux !


Nina et Samuel sortent ensemble mais les trois compères partagent une amitié sans faille jusqu'à ce que Samir tombe lui aussi éperdument amoureux de Nina. La trahison fait exploser leur amitié et Nina choisit de rester avec Samuel grâce à un chantage au suicide de celui-ci... Samir quitte donc Paris pour tenter d'oublier sa passion pour Nina et poursuit sa brillante carrière aux Etats-Unis en réinventant son histoire, ses origines afin de réussir à surmonter le racisme. Il emprunte le passé de son ami Samuel, son prénom, sa religion.


Vingt ans plus tard, alors qu'il est au faîte de sa gloire, une interview de lui sur CNN est vue par Samuel et Nina à Paris. Samuel qui a raté sa vie et est toujours en couple avec Nina décide de jouer un coup de poker pour relancer sa vie et veut savoir si Nina l'aime toujours. Il lui propose donc de reprendre contact avec Samir. Mais la découverte de l'usurpation de son identité change les relations, les mensonges vont éclater à la figure de tout le monde et provoquer des séismes ravageurs dans leurs vies à tous les trois.

Karine Thuil réinvente le trio amoureux comme alibi, pour opérer une véritable échographie de notre société moderne avec ses ressorts et mécanismes de la réussite à tout prix, ses compromissions, ses faux semblants et ses mensonges nécessaires à la réussite sociale. Elle aborde tous les grands sujets de société dans une construction littéraire magistrale, la réussite vue de toutes les origines sociales, le racisme, l'assimilation, le corporatisme religieux, la sexualité débridée et le statut de la femme.

Tout y est dans ce roman mené tambour battant, avec une écriture riche mais aussi quasi cinématographique par moments. Le rythme précis et descriptif dans certains passages, s'accélère et devient quasiment haché à d'autres. Les notes de bas de pages sur les personnages annexes sont comme de mini biographies qui ajoutent au côté "cinématographique" du livre .

A partir de la moitié du roman tout s'accélère et il devient complètement impossible de le lâcher, on est littéralement happé par le besoin de savoir où vont nous conduire les personnages. Le passé, sa propre histoire, ses origines, on peut toujours essayer de les renier, tôt ou tard ils viennent vous rattraper en boomerang dans la figure.


Un belle lecture qui renvoie à ses propres contradictions, rêves inavoués…


Belle lecture !


Pascal François


L’invention de nos vies – Karine Thuil – Ed. Grasset – 2013 - 497 Pages

107 vues1 commentaire
bottom of page