Le dernier secret - de Solenn de Royer


Solenn de Royer, grande reporter au « Monde », raconte dans un ouvrage paru chez Grasset le 6 octobre (cf. notre actu du 30 septembre) un pan inconnu de la vie du président François Mitterrand : sa relation amoureuse avec une très jeune femme prénommée Claire (prénom d’emprunt pour le livre) durant les huit dernières années de sa vie.


J’entends déjà les nombreuses remarques critiques sur ce livre… Du voyeurisme sans intérêt. Certes on n’apprend rien sur Francois Mitterrand et son attrait pour les femmes, nombreuses dans sa vie, malgré la présence d’une femme officielle Danielle Mitterrand, dont on sait que ce n’était plus qu’un couple de façade.


L’histoire : 1984 - Claire, 18 ans, jeune femme issue de la bourgeoisie provinciale vient poursuivre ses études à Paris en faculté de droit. Son cœur penche à gauche, et avec un ami étudiant elle se met en tête de rencontrer le président de la république. Dès qu’elle le peut, elle cherche à se faire remarquer, fait le pied de grue rue de Bièvres, dans les meetings, les inaugurations. Elle le fait si bien qu’elle finira par se faire remarquer et obtenir de François Mitterrand un petit déjeuner à l’Élysée en compagnie de son ami étudiant.


Il faudra attendre 1988, la réélection du Président pour que l’histoire prenne une autre tournure. Seule elle poursuit cette quête présidentielle et finira par entrer dans l’intimité du Président, jusqu’à devenir sa maitresse, la dernière. S’en suivront des rendez-vous secrets, (d’abord chez elle dans son studio, puis dans les appartements privés de l’Élysée), des appels téléphoniques quasi quotidiens, des disputes également (notamment lorsque la Presse révélera l’existence de Mazarine Pingeot).


Et cela durera jusqu’à ce matin du 8 janvier 1996 lorsqu’un officier de sécurité l’appellera pour lui annoncer le décès de l’ancien président, avenue Frédéric Leplay. Elle sera du voyage à Jarnac, pour l’enterrement de François Mitterrand, avec Danielle Mitterrand, Anne et Mazarine Pingeot, légèrement en retrait.


Chacun est libre de penser ce qu’il veut de cette liaison cachée, amorale pour certains, troublante mais belle pour d’autres. Elle n’avait rien à attendre de lui et pourtant de 1988 à 1996, il entretient une relation avec elle, de cinquante ans sa cadette.


« Il était obsédé aussi par la maladie, la mort et passionné par la transcendance ». Le temps volé auprès de cette jeune femme de 22 ans ramène le vieux président à la vie, une vie déjà bien chargée : deux familles, l’Élysée, la fonction présidentielle. Elle le détourne de ses deux finalités, la fin du pouvoir et la fin de sa vie.


L’intérêt du livre ne réside pas tant dans l’histoire qui a lié cette jeune femme inconnue et un président de la république âgé, que dans ce qu’elle nous livre sur l’homme, ses secrets, sa vie compartimentée, une presse que la transparence d’aujourd’hui ne permettrait plus.


François Mitterrand aimait être entourée de femmes et aimait les femmes tout le monde le sait. Relations amicales, politiques, personnelles, intellectuelles, issues de la résistance, on croise dans ce panthéon, Catherine Langeais (sa première fiancée officielle), Marguerite Duras, Yvette Roudy, Dalida, Édith Cresson, Ségolène Royal, Françoise Sagan, sans oublier sa deuxième famille Anne et Mazarine Pingeot et j’en oublie probablement de nombreuses. Il trouvait en elles une sensibilité, un sens de l'intuition qu'il ne ressentait pas chez les hommes.


François Mitterrand était l'homme de tous les secrets et compartimentait sa vie. Quelle soit publique ou privée. De manière étanche. Seul un premier cercle très restreint était au courant, joutant les hommes de l’ombre, assurant la logistique nécessaire.


Les années 90, c’est aujourd’hui un autre temps, un autre monde, celui d’une presse qui respectait encore un peu la vie privée ( c'est avec son accord que Paris Match révéla l'existence de Mazarine Pingeot). En 2020 la presse est moins complaisante, les réseaux sociaux, les téléphones portables permettent à tout à chacun de voler des bribes de vies publiques et/ou privées et de les poster (souvenez-vous … la photo de François Hollande en casque sur un scooter du temps de sa liaison cachée avec Julie Gayet).


Ce livre de Solenn de Royer apporte un éclairage de plus sur un homme aux multiples facettes, machiavel des relations humaines. Pour en arriver là, elle a dû apprivoiser Claire, lui donner confiance, crédibiliser par des preuves tangibles cette histoire hallucinante. Au début cette dernière se refusait à toute forme de livre, hantée par ce que lui avait dit un jour le Président : "toi aussi, tu écriras comme les autres". Une phrase un peu ambiguë comme toujours avec Mitterrand. Elle n'a jamais su s'il lui avait donné sa bénédiction ou si au contraire, c'était un reproche caché.


Il faut croire, plus de 20 ans après, qu’elle a décidé d'interpréter cette phrase comme un accord et non une interdiction.


Bonne lecture


Pascal François


Le dernier secret – Solenn de Royer – Grasset – 10/2021 - 416 pages






189 vues0 commentaire