• Pascal Francois

Le Miel et l'Amertume - de Tahar Ben Jelloun


Cet extrait du livre ‘’Un pays qui construit plus de mosquées que d’écoles ou d’hôpitaux est un pays fini. Rien de bon n’en sortira’’ pourrait à lui seul résumer le Miel et l’Amertume que vient de de publier Tahar Ben Jelloun, premier écrivain d’origine arable à recevoir le Prix Goncourt en 1987 pour la Nuit Sacrée.


L’histoire qui se déroule à Tanger au début des années 2000, ville ensoleillée et cosmopolite de la côte marocaine, nous emmène à la rencontre de Malika et Mourad, couple en fin de vie qui ne se supporte plus depuis des décennies. Terré depuis le jour du drame dans le sous-sol de leur maison, qui fut le symbole de leur réussite sociale mais également de leur dissension familiale, ils ne sont plus que des morts vivants, chacun vivant de ses souvenirs et reprochant à l’autre ce qu’il est devenu. Ils vivent ainsi jusqu’au jour de leur délivrance ultime ne trouvant la paix de l’âme que dans les derniers instants de leur vie.


Au travers du drame familial de Mourad et Malika, dont la fille Samia est violée et se donne la mort, l’auteur livre une critique sévère de la société marocaine du début du XXI° siècle, société où l’on arrange encore les mariages, ou la corruption qui règne en maitre absolue dans la fonction publique est la deuxième économie du pays, ou la religion est encore un véritable carcan empêchant tout à chacun d’être lui-même. La colère si elle n’explose pas dans le livre, est toujours présente comme un volcan en activité, près à cracher sa lave.


Écrit à la première personne, ce roman ou les personnages principaux se livrent peu à peu, dans une lente confession intime, nous révèle l’aspiration à l’honnêteté et l’intégrité de Mourad vite rattrapée par la réalité marocaine, la volonté d’être et de paraître de Malika qui ne trouvera pas le bonheur auprès de son époux, la soif de pureté de Samia, jeune adolescente moderne, aimant la poésie occidentale, qui ne résistera pas au drame personnel qu’elle vient de subir et dont elle n’aura parlé à personne si ce n’est à son journal intime. Pour Mourad et Malika le salut, ou plutôt le repos de l’âme, viendra de Viad, jeune mauritanien entré au service du couple qui saura les écouter et les amener à la sérénité.


Le Miel et l’Amertume, à l’écriture limpide, est un livre fort, puissant, dur, sans concession où au travers de celui-ci Tahar Ben Jelloun se fait le porte-voix des victimes de cette société qui n’offre pas de véritable liberté. Un livre qu’il faut lire car il révèle la face sombre d’une société tiraillée entre ses traditions séculaires et son aspiration à se tourner vers la modernité du XXI° siècle. Bonne Lecture !


Aux éditions Gallimard – 2021

67 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout