• Pascal Francois

Maman a tort - de Michel Bussi


Maman a tort est le neuvième roman de Michel Bussi, ce professeur d’université devenu avec le temps auteur à grand succès ! Une fois encore il nous emmène dans sa Normandie natale (ici au Havre) pour une enquête policière à rebonds, à la rencontre du Petit Malone !


Malone, à trois ans et demi, est un petit garçon adorable mais il pense que sa maman n'est pas sa vraie maman.


Même s'il l'aime beaucoup, pour lui, il a une autre maman. Ailleurs... Son doudou lui parle des histoires que maman racontait. Et il le raconte partout à tout le monde au point qu’un psychologue scolaire va s’intéresser à ce qu’il dit.


La commandante Marianne Augresse est sur une affaire de braquage à Deauville depuis quelque temps déjà. Et l’enquête n’avance pas… Aussi quand un psychologue scolaire vient lui demander de l'aide parce qu'un gamin de trois ans lui dit que sa mère n'est pas sa vraie mère, elle se demande pourquoi elle prendrait en compte les affabulations de cet enfant et de ce psychologue qui lui dit qu'il faut agir vite car la mémoire enfantine s'efface très rapidement et les souvenirs de châteaux, de pirates, etc. du petit Malone risquent de disparaître à jamais.

Aussi, va-t-elle se plonger dans cette seconde enquête... pour essayer de comprendre Malone et ce qu’il raconte, sans oublier la première pour trouver enfin les auteurs du vol de Deauville.


Deux enquêtes qui n’en feront plus qu’une à la fin…


Avec cette double enquête policière, celle de Deauville, et celle de Malone (vous suivez…), Michel Bussi nous plonge dans la psychologie enfantine et dans les méandres de la mémoire des tout-petits. La principale qualité de ce roman est de nous plonger dans le territoire méconnu de cette mémoire de la petite enfance qui se construit et se déconstruit. Les passages traitant du sujet sont passionnants et l’auteur a l'art de les intégrer parfaitement au récit. Dolto, Bettelheim et Cyrulnik sont au rendez-vous du livre…


Les multiples personnages et la difficulté du thème abordé font qu’il faut du temps pour s’immerger dans l’histoire. C’est sans doute là le principal reproche que l’on peut faire au livre.

Pourtant, tous les codes de l'auteur sont là : des noms de personnages merveilleusement choisis, une double intrigue sans liens apparents, des rebondissements multiples. Néanmoins il faut une bonne moitié de bouquin pour poser le contexte et installer l'intrigue. Cela fait beaucoup... Et soudain, tout s’accélère. L'ambiance devient électrique, le style poignant, stressant, des phrases courtes, du punch, beaucoup de dialogues accélérant encore le rythme... Admirablement écrite, on dévore littéralement cette deuxième partie et on est même surpris d'arriver si vite au dénouement.


Ce thriller joue sur la corde émotionnelle et y parvient parfaitement. On ne peut que s'accrocher au petit Malone, son doudou Gouti et l'intrigue qui en découle. On a envie de l’aider, de l’aimer…


Et comme à chaque fois avec Michel Bussi, la fin de l'histoire est inattendue, surprenante.


Ce livre est toute une alchimie entre manipulation, émotion et suspense. Une lecture agréable au final, à lire par une belle soirée d’été sans se prendre au sérieux.


Bonne Lecture !


Pascal François



Maman a tort – Michel Bussi – Éditions Presse de la Cité – 06/2015 - 512 pages

78 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout