Temps Sauvages - de Mario Vargas Llosa


Valeur sûre de la littérature sud-américaine, Mario Vargas Llosa, écrivain et intellectuel péruvien, Prix Nobel de Littérature 2010, vient de publier en septembre son dernier roman « Temps sauvages » aux éditions Gallimard ( édition originale en 2019 ).


"Je n’accepte pas que la littérature soit un amusement, même élaboré et sophistiqué. Si c’est un divertissement, ce doit être un divertissement problématique" a dit un jour l’auteur dont l’œuvre littéraire repose sur cette assertion.


Avec ce 23ième roman, l’auteur, premier romancier étranger à entrer de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléïade, tient sa promesse renvoyant le lecteur à l’ingérence des Etats-Unis au Guatemala dans les années 50.


Ce nouveau roman faisait partie de notre sélection de rentrée du 1er Septembre et vient de recevoir le Prix André Malraux 2021 – catégorie roman.


« Temps sauvages », un roman historique et politique.


Guatemala, Juin 1954, la CIA lance l’opération PBSUCESS visant à renverser le président Jacobo Arbenz, premier président guatémaltèque élu démocratiquement dans le pays. Ce coup d’état, mené par l’administration américaine, conduit le 27 Juin à la démission du Président Arbenz et à l’installation d’une junte militaire, beaucoup plus favorable à la politique et aux intérêts américains dans le pays.


Car dans cette histoire, c’est bien des intérêts américains dont il s’agit. Jacobo Arbenz, président social-démocrate, voulait mettre en place une réforme agraire, contraire aux intérêts de United Fruit, une multinationale américaine implantée au Guatemala. La compagnie n’accepte pas de voir ses surfaces agraires réduites au profit de petits paysans et de devoir payer des impôts.


Le Lobbyiste de la compagnie alerte les autorités US. Il n'en faudra pas plus pour que la mécanique de désinformation s'enclenche et que les forces obscures de la CIA décident de renverser un gouvernement démocratique, prétextant la dérive communiste du président. Précision utile à l’intrigue : John Foster Dulles - secrétaire d’Etat américain - et son frère Allan – directeur de la CIA -, sont actionnaires de United Fruits…


Tout au long de ce roman, Mario Vargas Llosa, passionné de politique – il a été candidat aux élections présidentielles péruviennes en 1990 – démontre la mécanique mis en place par le lobbyiste et le gouvernement américain pour arriver à leurs fins. Il montre également les maladresses et les mauvais choix de la CIA avec des montagnes de dollars et l'aide des dictatures voisines pour que l'affaire réussisse.


L’auteur défend également une thèse dans ce roman : les États-Unis ont fait une erreur colossale en intervenant et en supportant ce coup d'état : la régime d'Árbenz n'avait rien de communiste, même s'il procéda à une redistribution des terres. L'intervention américaine eut l'effet inverse dans le continent sud-américain : elle provoqua une radicalisation des oppositions, qui dans un cas au moins aboutit justement à l'instauration d'un régime communiste : Cuba.


Un roman rédigé avec les codes d’un thriller


Basé sur les faits historiques et politiques de l’époque, le roman de Mario Vargas Llosa ne se contente pas d’une description chronologique de dates et d’évènements sur la durée du roman, au risque d’en faire un simple ouvrage d’histoire.


L’auteur tient le lecteur en haleine en introduisant du suspens, recréant les profils psychologiques des différents protagonistes historiques du roman. Il le dit lui-même « mon roman est plein de mensonges et d’omissions utiles à l’efficacité littéraire de l’œuvre ».


Il amplifie les traits de caractère, les rend plus sombres, plus ou moins louches. Il dresse toute une série de portraits passionnants : des politiciens véreux qui exploitent le pays, des militaires demeurés ne connaissant que la force et la violence, des dictateurs psychopathes, des espions sans scrupule et, subissant tout cela, un pauvre peuple bien inoffensif.


Curieusement, la plume de Mario Vargas Llosa ne rend pas antipathique les protagonistes de son récit. Il semble faire sien ce propos de Gandhi : « chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort ». Son style n'est pas dénué d'humour et la construction non chronologique, parfois déroutante, de son roman s'apparente à un habile montage cinématographique.


« Temps sauvages », thriller politique et historique, est un roman passionnant que je ne peux que vous conseiller de lire !


Pascal François


Temps sauvages - Mario Vargas Llosa - Ed. Gallimard - 09/2021 - 400 pages

156 vues0 commentaire