• Françoise Fesneau

La Symphonie du Hasard - de Douglas Kennedy


Début des années 70, le monde entier est sous pression. La jeunesse américaine se révolte, le scandale du Watergate frémit, la guerre au Vietnam n’est pas terminée, Pinochet arrive au pouvoir au Chili…. Il n’en fallait pas plus pour que germe dans la tête de Douglas Kennedy cette nouvelle saga familiale qui nous fait découvrir l’Amérique des années Nixon, une Amérique tumultueuse et une famille comme les aime l’auteur, avec ses secrets et ses intrigues…


New York, au milieu des années 80, Alice, éditrice va rendre visite comme tous les quinze jours à Adam, son frère incarcéré en prison. Ce dernier lui fait alors une révélation qui va la replonger dans son passé familial, dans une Amérique qui clame les droits civiques porté par un monde étudiant en pleine ébullition…


Connecticut, 17 ans plus tôt, au cœur de l’Amérique WASP, Alice, jeune américaine, termine ses années lycée. Elle souhaite entrer à l’Université, mais le plus loin possible de sa famille. Elle se présente au concours d’entrée de l’Université de Bowdoin où elle est admise. Elle va enfin quitter cet endroit, cette famille et vivre comme elle l’entend.


Le livre oscille, tout au long des pages, entre deux histoires, celle d’Alice et de sa famille, avec la grande, celle de l’Amérique comme souvent avec Douglas Kennedy.


Alice a deux frères plus âgés qu’elle, Peter et Adam. Son père, ex marine, catholique irlandais, conservateur est souvent absent pour son travail. Sa mère, juive névrosée à tendance dépressive, rêve de quitter le Connecticut où son mari l’a entraînée. Elle se morfond, se plaint de ses fils qui sont partis et de sa fille Alice qui veut quitter cette famille chronophage le plus rapidement possible.


L’Amérique vit de plus en plus mal la guerre du Vietnam déclarée depuis plus de 15 ans et les américains ne veulent plus mourir là-bas. Comme dans des milliers de famille, le père d’Alice a demandé à ses fils de faire des études pour éviter l’appel sous les drapeaux. Les américains découvrent le scandale du Watergate.


Alice veut voir évoluer la société américaine. C’est une artiste, une littéraire, une hippie, une femme qui souhaite vivre librement et ne pas subir une vie de famille comme sa mère. Pour autant, ce n’est pas une pasionaria. Étudiante elle goûte à la liberté : elle fume, boit, se bat, se révèle une élève brillante, curieuse, d'une intelligence aiguisée, pourtant angoissée et en proie au doute, submergée par des émotions trop longtemps refoulées.


Ce roman c’est avant tout l’histoire d’une double confrontation générationnelle, familiale d’abord qui voit la jeune Alice en révolte pour autre chose que sa vie de famille ordinaire et puis celle plus large de deux Amériques qui se confrontent, celle conservatrice de l’Amérique au pouvoir et celle d’une jeune génération post woodstock qui aspire au changement.


Douglas Kennedy est un serial-séducteur de lecteurs, et il déploie là tout son talent. Le livre est riche, riche de détails dont Alice se souvient et qui parfois peuvent surprendre, riche de détails culturels sur cette Amérique schyzophrénique des années 70, à la fois attirante et repoussante.


En fait, du Douglas Kennedy comme on l’aime ! Prolixe, foisonnant, passionnant, captivant. Il sème des indices au long des pages sans que l’on y prête attention. Tout est important, lisez bien et retenez ! Cette famille a des secrets... et revenez dans quelques jours sur le Blog pour découvrir la chronique du tome 2 de cette Saga familiale made in América, car je ne vous avais pas tout dit, il y a une suite !


Editions Pocket - 2019 -

73 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout